Journal de Nono

Flous

Je relisais mes écrits d’avant. Je me rends compte que j’ai mûri. Du coup quand je relirai mes écrits dans un an ou deux, j’aurais cette même impression.
Hier, c’était les un an de relation avec Je, ça me fait plaisir.
Cette relation m’est précieuse. Je dois la préserver.
J’ai arrêté de voir la psy, quand je lui ai dit que j’voulais arrêter elle avait l’air contente. J’me suis dis que j’ai du vraiment la saouler. Mais bon, c’est son boulot après tout.
Je ne ressentais plus le besoin d’aller la voir. Je n’avais plus rien à dire. C’était devenu plus un poids qu’autre chose. Et puis, ça revient cher.
Donc moi aussi, j’ai été contente d’arrêter. C’est bête mais sur le coup je me suis sentie guérie, comme si je n’étais plus malade.
Je sais que je devrais faire avec mes moments de déprime intense. C’est à moi de gérer.
J’estime avoir fait du chemin depuis le début de cette thérapie. Elle m’a dit que j’étais à un entre deux.
Que j’avais avancé mais que ce n’étais pas encore ça.
J’ai du mal à concevoir que ça soit ça justement. ça quoi ? le bonheur ?
J’ai du mal à l’apercevoir. Et si j’étais coincée dans cet entre deux?
Concepts flous.