Journal de Nono

Ma boite

J’hésite tellement à postuler.
J’ai vu une offre d’emploi qui pourrait être pas mal pour moi.
Malgré ça, je reste une flipette il ne faut pas l’oublier.
J’ai dépassé les 5 ans dans cette boite, ça ne peut plus durer. Le travail en soi est plutôt intéressant, quoique il y a souvent des galères techiques.
Ce qui ne va pas, c’est tout le reste.
Au niveau social, ça n’a jamais marché, mais vraiment pas du tout. Genre, j’en suis venue au point ou je préfère manger seule à mon bureau plutôt que d’aller dans la salle prévue pour les repas. Car ça me gonfle tellement de croiser les gens, et leur parler c’est pire.
Et puis, dans l’équipe il y a une ambiance de merde.
Au niveau du salaire, c’est plutôt bof. C’est une petite entreprise, il ne faut pas en attendre trop.
Au niveau des horaires, j’ai l’impression de passer à côté de ma vie.
Ce matin, je me suis sentie hyper déprimée d’être dans cette boite, dans ce labo où il n’y a pas de fenêtre.
J’étouffe, je me sens oppressée. Je me sens observée par tout le monde.
Cette boite me fait penser au roman de george orwell, 1984.
Big brother is watching me.
En ce moment, je fais du rabe. J’écourte la pause du midi. Je dépasse l’horaire de débauche.
Je fais ça pour quoi ?