Journal de Nono

Obscur

Vivement 2014 en fait.

La fin de mon contrat approche, il se termine en février. On m’a dit que normalement c’était un CDI qui venait après. Et pourtant, je suis loin de sauter de joie. D’accord le boulot est en concordance avec mon diplôme. Et quand je fais des essais pour des clients, ça me plait.
C’est juste que tout le reste ne me convient pas.
Les collègues, encore et toujours.
Etre la seule fille de l’équipe. Je me suis totalement renfermée avec eux. Je ne leur parle pas de moi.
A force de pics et de remarques débiles. J’ai arrêté de leur parler de moi.
Et ça, c’est lourd.
Arriver le matin, et se dire qu’on va rester seule, qu’on ne pourra pas rigoler, que c’est chiant.
Le midi, généralement je mange avec l’équipe des filles, mais bon elles sont déjà imbriquées dans leur groupe. C’est difficile de s’intégrer, surtout pour moi qui suis quelqu’un de timide qui ne va pas vers les autres.
Alors, ça sera à moi de faire des efforts.
Envoyer bouler sévèrement les gars de mon équipe.
Raconter ma vie aux filles le midi.
Parmi les autres choses qui me déplaisent dans ce job, il y a les conditions de travail.
Avoir les mêmes horaires tous les jours. Etre payer 37h pour 40h de travail au moins. Le bruit des machines. Le bureau de 20m² pour 7 personnes. Ne pas avoir de CE. Ne pas être intégrée, alors que ça fait plus d’un an que j’y suis mais bon ça c’est aussi ma faute.
Alors vient fatalement la question : devrais-je me barrer ?
Les gens me disent que oui. Si je ne me sens pas bien il faut partir.
J’ai regardé les offres d’emploi du moment, y’a rien.

Je suis toujours avec Je.
Il me reproche tout un tas de choses. Mon non intérêt pour tout. Par exemple, il veut faire une soirée chez lui pour le 31 décembre, pour que je puisse avoir une soirée et pour que je rencontre ses amis. Sur le coup, j’ai du lui sortir un truc genre "ouais je sais pas si je vais venir, j’vais me faire chier" et il l’a méga mal pris.
Le problème c’est que ce n’est qu’un exemple.
J’suis comme ça pour tout.
Alors, j’en suis venue à la conclusion suivante : je suis une mauvaise personne.
J’envoie bouler mes proches. Je ne demande pas de leurs nouvelles. Je ne vais pas voir mes parents parce que je ne me sens pas bien chez eux. Je ne suis pas sociable. Je suis égoïste. Et j’en passe..

Mais bon, c’est ça la vie du coté obscur.