Journal de Nono

Peine

Aujourd’hui j’ai été voir ma mère en cure, avec mon père et Je.
Tout s’est bien déroulé, ça m’a fait plaisir de revoir mes parents et de passer du temps avec eux. Et pourtant, j’ai le sentiment triste, coupable.
Je me sens coupable d’être partie, c’est de ma faute si ma mère a rechuté. Si j’avais été plus présente, peut être qu’elle serait restée sobre.
J’aimerais retourner à l’époque ou je vivais chez eux, pour me sentir en sécurité et ne pas culpabiliser. Retrouver le repas du samedi soir, avec des frites et de la bonne viande. Ne pas me soucier de faire à manger. Moi qui déteste cuisiner. En plus, ce que je fais c’est pas bon.
Ne plus avoir ce taff à la con.
Avec des clients qui pensent que je fais de la merde. Des clients qui me font chier à être trop pointilleux, parce que je n’ai pas mis un point au lieu d’une virgule dans mon putain de rapport d’essai que j’ai mis cinquante ans à faire pour être carrée.
Des clients qui me demandent les résultats bien avant la date de livraison prévue.
Des collègues à qui je ne parle pas, et à qui j’ai pas envie de parler. De toute façon, j’ai pris un mauvais départ dans cette boite, ça ne va pas changer.
Mon chef reste bien, ça me fait de la peine que l’autre jour, un client pour qui j’ai fait des essais lui a envoyé un mail en disant entre autre "merci d’être plus professionnel dans vos échanges" ça lui a fait de la peine c’est évident. A qui ça ne ferait pas de peine.