Journal de Nono

Vider mon sac

Cette semaine, j’ai reçu un coup de fil. C’était la boite où j’avais envoyé la candidature en octobre. C’est dingue.
Je ne pensais pas que leur recherche était toujours d’actualité, car l’annonce avait disparue genre 2 semaines après que j’ai postulé.
Je me rends compte que mon CV n’est pas si pourri au final.
Je crois que le jour où je partirai de cette boite, le jour où je rendrai définitivement ce badge, je pleurerai de joie.
Genre ce serait la fin de la prison.

Comment j’en ai marre de toutes ces galères. Ces petits trucs agaçants qui sont toujours là.
Genre le logiciel qui plante au moment de lancer l’essai; le montage pas bien ajusté et je perds du temps à chercher ailleurs le bon truc qui rentre bien; les clients qui veulent les résultats alors que tu leur dis que ce n’est pas possible et ils insistent quand même et le chef nous laisse seul à gérer; entendre les autres rigoler et se rendre compte que je n’ai aucun ami dans cette boite; manger au bureau le midi parce que je n’ai plus envie d’aller dans la cafétéria; le rythme infernal; le fait que je ne prenne pas les 2 pauses de 15min par jour parce que y’a trop de boulot; se faire entuber par le salaire au ras des pâquerettes; faire 40h pour un contrat de 37h30; l’ambiance de merde; le bruit du labo; se plier en 4; avoir des clients toute la journée pour assister aux essais (c’est lourd); la fois où un montage s’est cassé en plein essai et 6 litres d’eau se sont déversés par terre alors qu’il y avait des dizaines de câbles électriques autour....; ne plus avoir envie de parler aux collègues; bref je m’arrête là pour le moment.

Je repensais à S. car j’ai vu quelques publications à lui sur le réseau social et je me suis dis "quel guignol ce type". Je suis totalement vaccinée. Il ne me tente plus du tout. J’ai l’impression que c’est resté un ado. Ah oui, en fait il y avait une photo de lui dans le journal à propos d’un "loisir" à lui, et puis je me suis rendue compte que je m’en foutais en grande partie. Je veux dire que je n’avais pas de regrets de ne pas être avec lui ou quoi.
Au contraire, je me suis sentie mieux.

Je repensais à Je. aussi. Je regrette d’être restée autant de temps avec lui. Il y a des gestes qu’il faisait qui, avec le recul, m’ont dégoûté. Par exemple, la première fois où on a couché ensemble il n’a pas mis de protection. Alors que ce mec enchaînait les conquêtes. Une fois je lui en avais parlé et je me rappelle qu’il m’avait dit un truc du style "avec toi je ne risquais rien"
Quel bouffon. Je regrette de n’avoir rien fait.
Et puis, il avait des idées butées. Il manquait de bon sens parfois. Je me suis rendue compte que sortir avec quelqu’un qui n’a pas le bac (ou au moins le niveau), ça fait des décalages dans les conversations. Bon je m’arrête car je deviens méchante.

Je suis bien avec Cy. J’aurais du tenter, sauter le pas il y a des années. J’étais beaucoup trop timide, je n’avais pas confiance en moi, et j’étais dans cette même boite où l’ambiance est pourrie.
Je regrette juste qu’on ne passe pas les week end ensemble, ça me fait de la peine de rester seule.
Je commence à rencontrer ses proches, c’est pas facile car ça me fait peur et pleurer.
Mais j’y arrive petit à petit.