Journal de Nono

tellement

Est ce qu’un jour j’y arriverai ?
A partir de ce taf. Genre, est ce que ça existe un environnement meilleur?
Je pense que oui, car j’en suis arrivée à un point où j’ai du mal supporter les autres, les entendre parler, les entendre rigoler, alors que moi je déteste tellement cet endroit.
J’en deviens sauvage, je ne souris même plus au gens qui me parlent. Ils me saoulent tellement. J’ai tellement plus envie de les voir que je les méprise intérieurement.
J’en deviens méchante, mais je n’ai fait que m’adapter à mon environnement. C’est tout.
Je suis tombée sur des personnes tellement antipathiques, qu’ils m’ont changé.
Objectivement, ce ne sont pas de mauvaises personnes, au contraire. Mais je me souviendrai toujours de leur mépris envers moi, que j’ai ressenti à mes débuts. D’accord, j’étais débutante, mais était ce une raison pour me traiter comme une incompétente?
Malencontreusement, j’ai bonne mémoire. Et je n’aurais jamais d’amis dans cette boite, c’est sûr. Tout simplement par rancune. D’ailleurs, je ne pensais pas être rancunière avant d’y travailler.
Et puis, j’arrive au bout du bout. Je le ressens vraiment quand j’entends parler les gens.
Il y en a qui me font saigner les oreilles, des gonzesses qui parlent avec leur voix de connasse mais que tout le monde vénère, ça me saoule tellement sérieux. Quelle secte.
J’en peux plus des blagues à deux balles qui me donnent envie de pleurer d’être encore là-bas.
Je me suis vraiment loupée en y restant aussi longtemps.
Je ne sais plus si je l’avais déjà dit ici, mais à une époque, il y en avait un ("collègue") qui envoyait des mails au chef pour lui dire que j’étais incompétente, et qu’il devrait me dégager. Si je le sais, c’est parce que lors d’un entretien individuel, le chef me l’a dit. C’est tellement choquant.
C’est choquant de savoir qu’il envoyait des mails sur moi, mais aussi c’est choquant que le chef me le dise.
On est sur une autre planète je crois.
Je tiens à préciser que sur l’offre d’emploi, il y avait marqué "débutant accepté" et que c’est bien pour ça qu’ils engagent des gens avec un salaire bien bas, comparé à d’autres entreprises.
Maintenant, je suis devenue indépendante dans mon travail, je connais mes essais.
Et aujourd’hui, ce même "collègue" à invité Cy. à son mariage. Par extension, je suis invitée.
Quelle situation hallucinante. J’ai refusé évidemment. Il faudrait être con pour accepter.
Bref, j’en suis arrivée à un point où même ma collègue femme me saoule. L’entendre rigoler avec d’autres personnes. Alors qu’au début elle pleurait parce qu’elle n’arrivait pas à faire le boulot. Mais j’étais toujours là pour l’aider, la rassurer dans n’importe quelle situation. Parce que j’étais gentille.
Et au final, ça m’a rapporté quoi ? Rien, à part le reflet de quelqu’un qui s’en sort bien dans cette boite, parce que j’étais là pour lui montrer les choses. Et moi, qui était là pour me montrer ? Personne, j’avais juste la sensation d’être de trop.
Je me suis faite avoir, je le vois maintenant.
Le salaire n’est même pas un lot de consolation. Le seul lot de consolation, c’est d’avoir un CDI. Mais ici ça ressemble plus à une punition.

Bon voilà, en tout cas ça m’a fait du bien de vider mon sac.